IWC: tentée par le 100% manufacture

IWC est resté sur une "bonne trajectoire" en 2017 et s'attend à une année 2018 de même type. Pour ses 150 ans, la marque horlogère va ouvrir plusieurs boutiques et ouvrir officiellement en avril sa nouvelle manufacture à Schaffhouse.


"Nous sommes sur une bonne trajectoire depuis plusieurs années", a estimé mercredi le patron Christoph Grainger-Herr, en poste depuis avril dernier, devant quelques journalistes au Salon international de la haute horlogerie (SIHH) à Genève. Propriété du groupe de luxe genevois Richemont, IWC ne dévoile pas ses résultats.

Mais le directeur général souligne une combinaison entre les valeurs de la marque, des "développements positifs sur des marchés-clés et un portefeuille large". Après avoir compensé des difficultés sur le haut de gamme par ses modèles moins chers, IWC constate une reprise de la demande sur certains matériaux de luxe dans certaines régions.

La maison s'appuie sur une approche de ventes sur de nombreux modes, de ses propres boutiques aux grossistes en passant par le commerce électronique, "en hausse" selon le directeur général. Plusieurs points de vente de la marque seront ouverts cette année, dit Christoph Grainger-Herr, sans donner davantage de détails.

Et la marque lancera son dispositif de commerce électronique aux Etats-Unis puis en juin en Europe. "La plupart des commandes en ligne sont portées par des indications qui ont été obtenues hors connexion" dans les réseaux de ventes de la maison, dit le directeur général.

Côté montres présentées au SIHH, les 150 ans sont marqués par 28 références au patrimoine de la marque en édition limitée. Mais IWC ne veut pas cibler uniquement le haut de gamme pour que "tout le monde" soit associé.

Le point central de cet anniversaire sera par ailleurs la nouvelle manufacture de 11'000 m2 à Schaffhouse dont le profil a été établi par le directeur général. Depuis mi-décembre, chaque département est déplacé progressivement sur le nouveau site, en commençant par les boîtiers pour terminer par l'assemblage. "Je m'attends à ce que tout soit acheminé d'ici fin mars", souligne le patron.

CRÉATION EN 1874

Avec 250 personnes au début, la manufacture rassemblera à terme 450 collaborateurs. "L'objectif est de fabriquer l'ensemble de nos mouvements chez nous", explique le directeur. A cette partie sera ajouté l'accueil de visiteurs, dont 8000 à 10'000 sont attendus chaque année.

M. Grainger-Herr souligne "la grande continuité" avec son prédécesseur. Pour autant, il veut investir massivement dans la recherche et la marque utilise déjà les technologies récentes sur certains composants. Un groupe de travail planche sur le recours à d'autres innovations, dont l'impression 3D. Mais le produit sera toujours finalisé par un être humain. "Chaque mouvement de montre est différent", insiste M. Grainger-Herr.

La maison aux soutiens de marque parmi les personnalités a encore étoffé ses partenariats. L'acteur américain Bradley Cooper l'a rejointe mardi soir.

Lancée en 1868 par un Américain, International Watch Company (IWC) avait rejoint Schaffhouse pour allier les technologies américaines à l'artisanat suisse. A l'ère du numérique, Christoph Grainger-Herr s'appuie sur les réseaux sociaux pour un dialogue permanent avec les clients.

ATS | AWP

WA & Al.