"Acheter une GREUBEL FORSEY est une démarche un peu initiatique"

L'horloger Greubel Forsey a connu un bon exercice 2017. L'embellie devrait perdurer en 2018.

"Nous avons enregistré une croissance située entre 5 à 10% de notre chiffre d'affaires", a déclaré le directeur général Fabrice Deschanel, en marge du Salon international de la haute horlogerie (SIHH) qui se déroule à Genève jusqu'à vendredi.

La manufacture indépendante, dont le groupe Richemont détient 20% des parts, a produit 110 pièces en 2017 destinées surtout à des passionnés d'horlogerie très fortunés, le prix de chaque garde-temps variant entre 200'000 CHF et un peu plus de 1 million.

"La progression est plus guidée par nos capacités de production que par la demande", affirme le CEO. La manufacture chaux-de-fonnière se refuse en effet à industrialiser une partie des activités pour répondre à une demande éphémère et tient à préserver le côté artisanal du métier.

"La complexité, la bienfacture et l'excellence c'est ce qui fait qu'on existe et qu'on existera demain", martèle l'ancien directeur d'Audemars Piguet Renaud et Papi.

La marque se réclame être le précurseur d'une nouvelle industrie du luxe encore embryonnaire dont les actes et paroles sont en accord et qui pourra survivre à long terme.

"On ne peut pas réduire le luxe à faire porter sa montre par quelqu'un de connu et faire beaucoup de publicité", lance le CEO et reprenant ainsi à son compte un discours de plus en plus entendu auprès des marques indépendantes, cherchant à interpeler les pratiques des grands groupes.

AUGMENTATION DES VOLUMES ET RECETTES

Au cours du nouvel exercice, l'horloger prévoit aussi une avancée des recettes dans le même ordre que l'année dernière. Les volumes devraient s'inscrire entre 115 à 120 garde-temps, contre 110 produits en 2017.

Concernant l'évolution des différents marchés, l'ingénieur de formation a relevé que la marque se caractérise par une répartition équilibrée et que les Etats-Unis, l'Europe, Hong Kong et Taiwan ont bien avancé grâce à une clientèle cosmopolite en 2017. "Mais l'achat d'une Greubel Forsey est une démarche qui prend du temps, un peu initiatique", souligne le quinquagénaire.

Outre le lancement de nouveaux produits, la manufacture se consacrera en 2018 au développement de nouvelles méthodes de fabrication de minuscules pièces mécaniques (projet mechanical nano) et à la sauvegarde du travail manuel.

La technologie, développée dans le cadre de ce projet, devrait permettre de réduire de 90% la taille des composants mécaniques. Il faudra ainsi 60 fois moins d'énergie que pour une montre traditionnelle.

Greubel Forsey a été fondée en 2004 par Robert Greubel et Stephen Forsey. Après avoir connu une année 2015 difficile, 2016 a été celle de la consolidation.

La pièce clé présentée par la maison lors du SIHH est la GMT Earth, coûtant 620'000 CHF.

AWP

WA & Al.