La lutte anti-contrefaçons affaiblie en Suisse depuis début 2017

La lutte anti-contrefaçons subit un effet pervers lié aux mesures d'économies instaurées par la Confédération. Les saisies par les douanes de fausses montres ont chuté de 80% depuis le début de l'année.


Le fait est déploré par Jean-Daniel Pasche, président de la Fédération de l'industrie horlogère suisse (FH). "L'activité de l'Administration fédérale des douanes (AFD) a diminué en raison du programme de stabilisation de la Confédération", explique-t-il dans un entretien accordé à l'Agence télégraphique suisse (ats).
L'effet pervers réside dans le fait que la diminution des saisies de montres contrefaites occasionne une baisse des rentrées d'argent - la FH paie une redevance pour chaque intervention -, de l'argent qui en plus va dans les caisses de la Confédération. "Cet argent devrait par ailleurs être affecté à l'AFD, afin qu'elle puisse maintenir le niveau de ces interventions."
"Il y a du coup moins de contrôles, donc et moins de suivis", regrette Jean-Daniel Pasche. Alors que la FH s'emploie de longue date à combattre les contrefaçons horlogères hors les frontières helvétiques, la Suisse ouvre les vannes. Et d'autres branches sont touchées par le phénomène.
L'évolution de ces derniers mois est d'autant plus regrettable que l'activité de saisie de faux produits revêt un enjeu bien plus large que les seuls intérêts de la branche. Il y a derrière l'action des contrefacteurs tous les défis posés par les organisations criminelles et la traite humaine dans la plupart des cas.
La FH rappelle que pas moins d'un million de montres suisses contrefaites sont saisies chaque année dans le monde. Elles proviennent pour l'essentiel de Chine.

28.12.17 | AWP | ATS

WA & Al.